web analytics

SEXOLOGIE ET THÉRAPIE SEXOFONCTIONNELLE

12476534_10154026134339904_238039451_n

La sexualité est un sujet délicat et intime, c’est pourquoi il n’est pas toujours facile d’aborder le sujet.

Pourtant, il n’est pas rare de ressentir de l’insatisfaction ou de rencontrer des situations qui paraissent insurmontables dans les relations interpersonnelles, amoureuses ou sexuelles.

Le métier de sexothérapeute ne s’improvise pas et réclame une formation pour la prise en charge et le traitement des difficultés sexuelles.

Durant les séances, le patient est écouté et respecté dans ses propos et interrogations.C’est l’occasion pour lui de poser toutes les questions qui peuvent le tourmenter ou l’inquiéter, et ce en toute confiance. Il n’y a pas de questions « idiotes » sur la sexualité, chacun doit se sentir libre de témoigner de son expérience.

Après avoir écarté les causes organiques pouvant être liées au trouble, nous aidons le patient, par le biais de suggestions, de réflexions, d’exercices à mettre en pratique à la maison, à devenir autonome et à évoluer dans sa sexualité, afin que chaque partenaire puisse s’y épanouir.

 

DÉROULEMENT D’UNE SÉANCE

Il est parfaitement normal de se sentir un peu embarrassé lors d’une première séance chez un sexothérapeute. Il peut en effet sembler délicat de dévoiler ce que l’on a de plus intime (sa sexualité) à « un(e) inconnu(e) ».

Mais nous sommes non seulement préparé à tout entendre en matière de sexualité mais aussi à vous poser les questions qui vous permettront de comprendre votre fonctionnement sexuel (et vos dysfonctionnements).

Car en sexologie sexofonctionnelle, on ne parle pas de perversité, de pathologie ou de maladies sexuelles (autant d’expressions jugeantes et dévalorisantes). On parle de dysfonctions sexuelles. Ce qui signifie qu’il y a quelque chose qui ne fonctionne pas dans votre vie sexuelle. Pour vous-même, pour votre partenaire ou pour votre entourage.

Vous pouvez aller au premier rendez-vous seul(e) ou en couple. Parfois il est préférable de pouvoir tout raconter seul la première fois. Parfois, il est mieux d’entamer le processus en couple. Cela est à évaluer avec le thérapeute lors de la prise de rendez-vous.

Une séance de thérapie sexofonctionnelle dure habituellement entre 45 minutes et une heure.

On s’intéressera surtout à comprendre ce qui va et ne va pas dans votre vie affective et sexuelle. On ne s’intéressera pas qu’à ce qui dysfonctionne, mais aussi à ce qui va bien, à vos forces, vos qualités, vos capacités.

Le but de la première entrevue, est de bien définir vos objectifs. Quel type de vie affective et sexuelle souhaitez-vous ? Que souhaitez vous améliorer ? Quel comportement sexuel voulez-vous modifier ? Quel est votre éventuelle dysfonction sexologique ?

La thérapie sexofonctionnelle est une thérapie brève. Habituellement, une dizaine de séances suffisent. Parfois moins. Et parfois un peu plus. Les sexothérapies ne durent pas des années.

 

FONDEMENT ET TROUBLES PRIS EN CHARGE

La thérapie sexofonctionnelle est une forme de thérapie utilisée en sexologie clinique. Elle a été crée par le Dr François de Carufel.

Cette thérapie, basée sur le modèle de fonctionnalité sexuelle, a pour objectif d’aider le patient aux moyens de techniques concrètes à retrouver une sexualité fonctionnelle et satisfaisante sur les plans personnel, relationnel et social.

De manière générale, voici les différentes problématiques traitées :

. Les troubles « avant » le rapport sexuel : problème de désir, problème lié à l’imaginaire ou aux fantasmes, problèmes de manifestations du désir (manque ou perte d’érection ou manque de lubrification), angoisse de pénétration…

. Les troubles lors du rapport : désaccord sur les préliminaires (types, temps,…), impossibilité de pénétrer (perte de l’érection, douleur à la pénétration, vaginisme), éjaculation prématurée, malaise, culpabilité…

. Les troubles liés à l’aboutissement du rapport : anéjaculation et anorgasmie.

. Les questions générales sur la sexualité : conseils, éducation sexuelle, angoisses sur la question de la normalité (sur la taille du pénis, virginité, masturbation,…) problèmes de genre ou « d’orientation » sexuelle, comportements particuliers (compulsions, déviances, délinquances sexuelles…).

. Difficultés liées à un traumatisme : un avortement, viol, inceste, violence sexuelle, mutilations,…

. Problématiques diverses : problèmes de timidité, de peur à entrer en relation avec l’autre sexe. Complexes par rapport à son corps ou dégoût du corps de l’autre. Questions liées à l’éducation sexuelle reçue (par les parents, les pairs, .). Prévention sur les maladies sexuellement transmissibles, questions sur les différents moyens de contraceptions,…

 

CONCLUSION

La sexothérapie va donc permettre d’échanger autour du symptôme ou de la difficulté amenée par la personne, de rechercher les répercussions sur le couple, sur la confiance en soi, une éventuelle anxiété de performance. Il s’agira de mettre en place un plan thérapeutique adapté à la difficulté du patient.

La thérapeute, dans son approche, mettra l’accent sur le développement du potentiel sexuel de la personne mais également sur l’harmonisation sexuelle et relationnelle du couple.

– Lien : Association Francophone de  Sexologie Sexofonctionnelle 

Géraldine CHANAL
Psychologue – Psychothérapeute
3 rue des Cottages 75018 Paris
Tel : 07 86 05 00 87